top of page
1000Layers_FinalConference_17jun-54.JPG

A Propos

1000 Layers est un partenariat stratégique Erasmus+ impliquant 5 organisations dans 4 pays : DW-RS (NL), Elan Interculturel (FR), YEU Cyprus (CY), Rooftop Theatre (CY) et La Xixa Teatre en tant que coordinateur du projet (SP).

Download 

the 1000 Layers

brochure!

CONTEXTE ET BESOINS

Les jeunes appartenant à des groupes minoritaires spécifiques sont particulièrement vulnérables, confrontés à la discrimination en raison de leur jeune âge ainsi que d'autres caractéristiques personnelles, telles que l'orientation sexuelle, l'identité de genre ou l'ethnicité, entre autres. Pour ceux qui appartiennent à des groupes particulièrement vulnérables tels que les jeunes LGBT et les jeunes issus de minorités raciales ou ethniques, leurs expériences de la discrimination ont un impact tout au long de leur vie et peuvent avoir des conséquences terribles. Par exemple, en 2016, le taux de risque de pauvreté ou d'exclusion sociale des jeunes nés hors de l'UE était alarmant : 50 %. L'exclusion sociale, la discrimination et la pauvreté ont un impact énorme sur la conformation de l'identité pendant l'adolescence et le début de la jeunesse, installant le terrain pour que les jeunes se tournent vers la radicalisation violente. Le travail de jeunesse a été reconnu comme un espace particulièrement fertile pour la prévention de la violence, de la radicalisation et de la marginalisation chez les jeunes, en facilitant le développement de compétences douces et de la résilience pour aider les jeunes à faire face et à surmonter les situations de vie difficiles.

 

Le projet 1000 Layers propose une approche méthodologique innovante - la méthode des identités créatives - pour combler les lacunes actuelles du travail sur l'identité dans les contextes de la jeunesse. En particulier, nous souhaitons nous appuyer sur les pratiques actuelles et y contribuer en abordant la prévention générique de la radicalisation menant à la violence chez les jeunes au niveau du rez-de-chaussée du modèle en six étapes de Moghaddam, en nous appuyant sur les recommandations de l'UE et la littérature existante.

Méthode des identités créatives
(CIM)

En ce qui concerne les types de radicalisation, le cadre de l'UE identifie quatre types différents:

- La violence d'extrême droite est une forme de radicalisation violente associée au fascisme, au racisme, au suprémacisme et à l'ultranationalisme. Cette forme de radicalisation menant à la violence se caractérise par la défense violente d'une identité raciale, ethnique ou pseudo-nationale, et est également associée à une hostilité radicale envers les autorités de l'État, les minorités, les immigrants et/ou les groupes politiques de gauche.

- La violence extrémiste politico-religieuse est une forme de radicalisation conduisant à la violence associée à une interprétation politique de la religion et à la défense, par la violence, d'une identité religieuse perçue comme étant attaquée (par le biais de conflits internationaux, de la politique étrangère, de débats sociaux, etc.)

- La violence extrémiste à thème unique est une forme de radicalisation violente essentiellement motivée par un thème unique et spécifique. Cette catégorie inclut les groupes suivants s'ils ont recours à la violence : les groupes radicaux de défense de l'environnement ou des animaux, les mouvements altermondialistes, les extrémistes anti-avortement, la violence liée au sport, certains mouvements anti-trans et anti-féministes, et les mouvements extrémistes ultra-individualistes ou indépendants qui utilisent la violence pour promouvoir leurs causes. Les meurtriers dont les motivations sont partiellement ou totalement idéologiques peuvent également faire partie de cette catégorie.

- La violence d'extrême gauche est une forme de radicalisation menant à la violence qui se concentre principalement sur des revendications anticapitalistes et appelle à la transformation des systèmes politiques considérés comme responsables de la production d'inégalités sociales, et qui peut finalement utiliser des moyens violents pour servir sa cause. Cette catégorie comprend les groupes anarchistes, maoïstes, trotskistes et marxistes-léninistes qui utilisent la violence pour défendre leur cause.

 

Selon le rapport du YWR, la violence de l'extrême gauche est rarement au centre de la pratique et doit être considérée séparément des autres formes de radicalisation violente, car "ces groupes, dans l'Europe contemporaine, sont rarement assimilés aux radicaux de droite et religieux, puisque leurs objectifs ne vont pas à l'encontre des principes démocratiques. Alors que les groupes radicaux de droite et religieux ciblent des actions violentes contre des êtres humains, la violence utilisée par les mouvements radicaux de gauche est ciblée sur des objets ou des institutions, ayant ainsi un niveau de gradation différent."

 

En fait, dans le cas de l'extrémisme de gauche, parmi d'autres types d'extrémisme tels que ceux liés à la défense des droits des animaux et de l'environnement, le travail de jeunesse peut être particulièrement utile pour prévenir la violence en offrant "des solutions et des scénarios alternatifs, donnant aux jeunes des options pour s'engager, contribuer à la société et être "radicaux" tout en promouvant des changements sociaux positifs."

Untitled_1.23.2.jpeg

OBJECTIFS

1

Promouvoir l'inclusion sociale, la diversité et la non-discrimination parmi les jeunes par le biais de la méthode des identités créatives (MIC).

2

Engager, connecter et responsabiliser les jeunes en utilisant la MIC afin de :

- Renforcer la pensée critique et l'éducation aux médias chez les jeunes.

- promouvoir le dialogue interculturel

- lutter contre la radicalisation et la violence chez les jeunes en proposant des alternatives aux constructions identitaires basées sur des récits à histoire unique et des récits de victimisation.

3

Contribuer à la qualité et à l'innovation dans le travail de jeunesse en :

- créant des outils centrés sur les participants pour les travailleurs de jeunesse, basés sur la MIC

- soutenant les travailleurs de jeunesse dans le développement et le partage de méthodes efficaces pour travailler sur les complexités et les conflits liés à l'identité, lutter contre le racisme et mieux atteindre les jeunes marginalisés.

GROUPES CIBLES

Travailleurs de la jeunesse, jeunes (16-25 ans), personnel des organisations partenaires, organisations du secteur de la jeunesse, responsables politiques et décideurs et experts de la jeunesse. Nous espérons impliquer 400 participants des différents groupes cibles dans les activités du projet, et diffuser le projet auprès des plus de 10 000 personnes qui composent la base du réseau social de notre consortium.

1000layers_infantsraval_taller-37.JPG

ACTIVITÉS

Les principales activités du projet sont basées sur le développement de la Méthode des Identités Créatives (MIC) à travers le pilotage et la création de deux produits intellectuels:

Un jeu de cartes d'identité et un manuel d'activités 

Un manuel pour les travailleurs de jeunesse sur la MIC

En outre, nous organiserons des ateliers, des formations, des mobilités et des échanges de jeunes et de travailleurs de jeunesse, ainsi qu'une conférence finale pour les jeunes, les travailleurs de jeunesse et les organisations de jeunesse. 

Untitled_1.26.1.jpeg

MÉTHODOLOGIE

Nous co-construirons la "méthode des identités créatives" avec les jeunes participants.

 

La MIC fusionnera les outils les plus pertinents de la théorie des processus identitaires avec des méthodes créatives, incarnées et centrées sur les participants, couramment utilisées dans le travail de jeunesse : Le théâtre de l'opprimé, le conte et le travail par processus. La MIC fournira aux animateurs de jeunes des outils pour s'engager dans l'exploration de l'identité et le renforcement de la résilience avec les jeunes.

Théorie de l'identité de processus 

Travail par  processus

Conte 

Théâtre de l'opprimé

1000Layers_FinalConference_17jun-40.JPG

RÉSULTATS, IMPACT ET BÉNÉFICES À LONG TERME

Nous développerons une nouvelle méthodologie et deux productions pour explorer les identités dans les contextes de la jeunesse afin de promouvoir l'inclusion sociale, la non-discrimination, la pensée critique, l'éducation critique aux médias et la résilience chez les jeunes. Les résultats aideront les animateurs de jeunesse dans leur travail avec les jeunes, en particulier ceux qui ont moins d'opportunités et qui se trouvent dans des situations vulnérables. Les résultats pourront être téléchargés en anglais et dans toutes les langues du projet, sur le site web du projet, sur la plateforme des résultats Erasmus+ et sur la plateforme SALTO-Youth. Au moins 400 participants et 40 organisations actives dans le domaine de la jeunesse seront formés et/ou informés sur la méthode des identités créatives.

 

Nous espérons créer et promouvoir une vision inclusive et diverse de l'identité européenne, en combattant les récits à histoire unique et les récits de victimisation dans les constructions identitaires des jeunes. Le Manifeste des Identités Créatives, créé par les jeunes participants au projet lors de la conférence finale du projet, promouvra cette vision et sera largement diffusé.

bottom of page